Galgos et chiens martyrs d'Espagne : ne me parlez pas de mode !

J’ai lu ici ou là qu’il était "à la mode" d’adopter des Galgos et mon sang n’a fait qu’un tour ! J'ai eu envie d'écrire cet article, car je fête aujourd'hui un anniversaire : il y a en effet deux ans, jour pour jour, que ma belle Nana, Galga, est arrivée dans notre foyer. Alors, j'ai eu envie de remettre les choses à leur place.

Sauver un Galgo, ce serait succomber à une "mode" ?!

C’est vrai que c’est très "in" de recueillir des chiens souvent couverts de plaies et de cicatrices. C’est effectivement très tendance d’adopter des Galgos tellement craintifs des humains, particulièrement des hommes, qu’il leur faudra des mois pour nous approcher. C’est super "fashion" de choisir de vivre avec des chiens tellement traumatisés que vous devinez immédiatement qu’ils n’oublieront jamais… C’est super "stylé" de ramener à la maison un chien qui n’a pas été sociabilisé, qui ne connaît pas la vie en famille, et à qui, même s’il a 3, 4, 5 ans ou plus, il va falloir tout apprendre comme s’il était un chiot… Si vraiment vous acceptez tout cela pour suivre une « mode », vous êtes maso !!!! La vérité est que si on adopte un Galgo, c’est pour lui sauver la vie !

Les Galgos et la « tradition ancestrale »…

Pour comprendre le problème des galgos , il faut savoir qu’en Espagne, la chasse au lièvre avec des lévriers est une tradition ancestrale. Chaque Galguero (propriétaire-chasseur) élève ses lévriers pour les utiliser comme des instruments de chasse. Il les utilise en lieu et place du fusil. Ce sont les chiens qui chassent en fait, à vue, sur de grandes plaines. L’objectif des Galgueros est donc de posséder le chien idéal, toujours plus rapide, toujours plus endurant. La notion de chasse a été quelque peu détournée et nombre de Galgueros se sont tournés vers les courses, les compétitions, avec beaucoup d’argent en jeu… Mais leur objectif est le même : produire le chien idéal, le plus rapide, le plus endurant… Et, comme cet objectif est inatteignable, pour produire, ils produisent ! Des milliers de Galguitos naissent chaque année, mais ça ne suffit jamais aux Galgueros

Les conditions de vie des Galgos…

Leurs conditions de vie en Espagne, particulièrement dans certaines contrées reculées, sont abominables : ils vivent enfermés la plupart du temps, ne connaissant rien du monde extérieur. Ces chiens ne sont absolument pas sociabilisés et ne connaissent rien aux joies de la vie en famille. Certains Galgos chassent ou courent, emplissant d’espoir leur Galguero pendant un an ou deux, parfois plus, au prix d’entraînements épouvantables : courses forcées attachés derrière des véhicules, ou enchaînés à tourner en rond pendant des heures, le dopage fait également partie de leur lot quotidien… Ma Nana, ma douce Galba, ma Poupée dorée, a fait partie de ces "athlètes forcés", elle en a gardé les stigmates et un profond désintérêt pour la course… 

Quant aux Galgas en âge de "produire", elles sont enfermées dans des « bunkers » où elles vivent non-stop, sans voir le jour, donnant naissance en rafales à des Galguitos objets de tous les espoirs, s’épuisant en portées stériles et inutiles… C’est le cas de ma jolie Bowie, Galguita pourtant joyeuse et facétieuse dans notre foyer, mais qui panique dès que nos murs ne l’entourent plus… 

Les conditions de mort des Galgos…

A la fin de chaque saison de chasse, un sinistre bilan est dressé par les Galgueros : un chien qui a mal chassé déshonore son propriétaire et la sanction tombe. Ce sont des milliers de Galgos (plus de 50 000 par an !!!!!!!!) qui sont sacrifiés, abandonnés et tués par leurs propriétaires. Les Galgas ne pouvant plus "produire" et devenant donc des bouches inutiles subissent le même sort… Les plus chanceux sont recueillis dans des refuges en Espagne dont certains organisent des adoptions dans le monde entier pour redonner une chance à ces merveilleux chiens. Découvrez ici L'ANTENNE FRANÇAISE d'une association sérieuse en plus d'être formidable !

Les autres, blessés par leur Galgueros (pattes coupées, énucléations, brûlures à l’acide et autres joyeusetés), finiront d’agoniser dans un coin ou se feront percuter par un véhicule. Certains seront récupérés par la Garde civile et portés dans les « perreras », fourrières insalubres où ils seront gazés au bout de 14 jours de période légale d’attente, sans aucun soin (parfois avec des membres brisés ) et sans aucune chance d'être proposés à l'adoption.

Mais, l’affront fait aux Galgueros devant être lavé dans le sang, nombre de ces chiens doux et intelligents finiront pendus selon la méthode du pianiste : la tradition veut que les galgos attachés par le cou, les pattes arrières touchants à peine le sol pour que l’agonie soit plus longue… Mais les moyens ont évolué et sont hélas multiples : brûlés vifs, trainés derrière des voitures, battus à mort, torturés, jetés dans des puits, piqués à l’eau de javel, abandonnés les deux pattes avant cassées, blessés au couteau… Je vous épargnerai les images car j'ose penser que les mots peuvent suffire…

Personnellement, étant de nature optimiste, je me réjouis de voir de plus en plus de Galgos affluer vers les refuges : c’est peut-être un signe qu’ils sont moins sacrifiés !

Prise de conscience et aide internationale

L’opinion internationale s’est émue depuis de nombreuses années de cette situation cruelle. Même l’Espagne commence à s’indigner. En France, Brigitte Bardot s'est servi de sa notoriété pour dénoncer ces pratiques barbares. Pourtant, le nombre de Galgos récupérés par les associations demeure très important. L’aide de chacun, aussi petite fut-elle, est essentielle !

Aidez en adoptant !

C’est l’aide la plus significative et, croyez-moi, elle vous apportera au moins autant qu’au chien. Car, avant toute chose, il faut savoir que les Galgos sont de merveilleux chiens, doux et discrets à la maison, joueurs et athlétiques en extérieur. Ce sont des chiens fidèles et très attachés à leur famille, toujours un regard posé sur vous. Affectueux et tendre, leur regard vous perce au plus profond et vous ne leur résisterez pas. Ce sont des chiens qui font tout pour vous faire plaisir, qui sont assez dociles et aimables. Pour l’aspect « pratique », sachez que ce sont des chiens qui perdent peu leurs poils, ont peu d’odeur, et n’aboient qu’à raison. Personnellement, je n’aurai plus jamais d’autre chien ! Si vous souhaitez adopter un Galgo et ainsi sauver une vie, je ne peux que vous recommander cette ASSOCIATION EXCEPTIONNELLE !

Aidez en parrainant !

Vous ne pouvez peut-être pas adopter un Galgo : manque de place, absence de jardin, présence de chats, ou déjà des autres chiens… Vous pouvez aider quand même en réalisant de petits (ou de gros) dons, ils sont déductibles de vos impôts ! DÉCOUVREZ ICI TOUTES LES FORMULES POSSIBLES pour aider ces chiens merveilleux !

Aidez en réalisant des achats solidaires !

Vous avez déjà des Galgos ou d’autres lévriers ? Réaliser des achats solidaires, c’est aussi aider ! Tous les liens ci-dessous proposent des articles et des accessoires dont un pourcentage revient aux associations d’aide aux Galgos et chiens Martyrs d’Espagne ! Tant qu’à acheter colliers, manteaux et accessoires, achetez chez eux !

Des MANTEAUX BIEN CHAUDS pour nos lévriers si frileux ! Vous en avez besoin, préférez l'achat solidaire pour l'association de votre choix !

Des COLLIERS MARTINGALE BRODÉS ET PERSONNALISÉS, en sangle pur coton, dans plein de coloris, et 10% reversés à Scooby France !

Des BIJOUX ORIGINAUX dont la créatrice reverse, elle aussi, une partie de ses ventes à une association.